Rétablissement des moyens de subsistance en Haïti

Rétablissement des moyens de subsistance en Haïti

En octobre 2016, l’ouragan Matthew a détruit de vastes régions dans le sud-ouest d’Haïti. Des millions de personnes ont perdu leurs moyens de subsistance. Presque une année après la catastrophe, l’insécurité alimentaire touche encore 1,5 million de personnes. L’EPER a donc prolongé son aide d’urgence jusqu’à fin 2017.

L’ouragan Matthew a détruit en grande partie les deux principales sources de subsistance de la population locale, à savoir l’agriculture et l’élevage. Dans les départements du Sud et de la Grand’Anse, les plus touchés par la catastrophe, l’insécurité alimentaire concerne encore plus de la moitié de la population ; il s’est pourtant écoulé presque une année depuis l’ouragan. Des périodes de sécheresse ont alterné avec des inondations pendant les saisons pluvieuses. En conséquence, les récoltes ont été insuffisantes pour nourrir les habitants de ces régions rurales ou leur permettre de dégager des revenus. L’EPER a donc prolongé son aide d’urgence jusqu’à fin 2017. Elle apporte son soutien à 12340 familles particulièrement éprouvées par la catastrophe afin que ces personnes puissent retrouver un moyen de gagner leur vie. Entre juin et décembre 2017, les différentes mesures adoptées vont profiter au total à 61 700 personnes.

Cash for work

Environ 500 familles ont la possibilité d’acquérir des revenus en participant à des programmes « cash for work » pendant 20 jours. Elles ont dégagé l’accès aux points d’eau et remis en état les routes et les chemins, ce qui a permis de sortir les villages de leur isolement. Avec ces revenus, les bénéficiaires se sont acheté des outils agricoles et des semences et ont reconstitué des cheptels. Plus de 600 familles défavorisées reçoivent jusqu’à la fin de l’année des aides financières inconditionnelles d’environ CHF 50 par mois, qui leur permettent de subvenir à leurs besoins les plus urgents. Ce soutien financier de l’EPER contribue également à relancer l’économie locale.

DSCF5464.JPG

Accès à une eau potable de qualité

Dans ces régions fertiles, mais dominées par les reliefs karstiques, il est important que la population puisse s’assurer d’un accès à une eau de qualité. Dans le cadre des activités « cash for work », huit sources d’eau que l’ouragan a rendu inaccessibles ou impropres à la consommation ont été dégagées ou décontaminées et 14 réservoirs d’eau ont été réparés. Les écoles de la région et 3000 familles ont accès à cette eau.

Encouragement de l’agriculture

Dans cette région, la sécurité alimentaire et les activités génératrices de revenus dépendent du soutien apporté à l’agriculture. Les champs ravagés par l’ouragan n’ont malheureusement pas pu se régénérer à cause de la sécheresse et des inondations. Des racines de yam et des semences de maïs, de haricots et de patates douces ont été distribuées à 6100 familles de petits cultivateurs. Des techniques telles que les plantations en paliers sont appliquées pour lutter contre l’érosion. En achetant des semences locales, l’EPER soutient en même temps les semenciers de la région. Elle s’est associée à l’université de la Grand’Anse pour faire avancer les méthodes biologiques de lutte contre les nuisibles.

HEKSFoto_Original_18664-1024x768

Remise en état et reconstruction des écoles

Afin de permettre une normalisation rapide de la vie quotidienne et d’aider la population à se consacrer aux activités visant à rétablir ses moyens de subsistance, il est important de faire en sorte que l’école reprenne le plus rapidement possible. L’EPER soutient la réparation des écoles faiblement endommagées dans les villages. Pour compenser la perte des bâtiments scolaires fortement endommagés, des classes provisoires ont été mises en place avec les équipements de base. D’ici à 2018, cinq écoles supplémentaires devraient être construites selon les normes antisismiques et paracycloniques.

HEKSFoto_Original_31608-1024x768

Bilan de l’aide d’urgence jusqu’en mai 2017

L’EPER était l’une des premières organisations présentes sur place après l’ouragan. Avec l’appui de ses partenaires locaux, elle a distribué des pastilles de décontamination de l’eau et aidé avec des programmes cash for work 6020 familles parmi les plus vulnérables. Les travaux de déblayement ont permis de dégager au total 250 hectares de terres ; 43 km de routes ont été restaurés et 12 points d’eau ont été rendus accessibles. Les ménages les plus démunis, au nombre de 523, ont reçu une aide d’urgence inconditionnelle d’environ CHF 180. L’EPER a remis à 5000 familles des racines de yam et des semences de maïs, de haricots, de patates douces et d’autres légumes. Elle a aidé les communautés villageoises à réparer 11 écoles et à installer des structures provisoires pour remplacer sept écoles. Environ 3500 élèves ont pu retourner à l’école.

L’EPER est partenaire accréditée de la Chaîne du Bonheur.

Etat : août 2017

 

Soutenez notre action !

Contact :
Joëlle Herren Laufer
Responsable médias
Tél. fixe : 021 613 44 59
Mobile : 078 661 08 97
E-Mail : joelle.herren@eper.ch
Faire un don : 10-1390-5,  mention « Haïti »
www.eper.ch